Aller au contenu
Invité Liberty

Cultiver le coco en pots

Messages recommandés

Invité Liberty   
Invité Liberty

[icon_e_ugeek.gif]Cultiver le coco en pots ( source: Growside Maastricht ) [icon_e_ugeek.gif]

Intro

La culture du cannabis est un passe temps qui occupe de plus en plus de personnes.

Il est donc possible, à toutes personnes qui se donnent un peu la peine, d’obtenir de très bons résultats.

Une bonne récolte par contre dépend de la qualité des soins apportés par le cannabiculteur.

Ce guide se concentre sur la culture des variétés de skunk et Indica avec des cycles de floraison de 7 a 10

semaines.

Il existe d’autres bonnes méthodes de culture, mais selon notre expérience, c’est la méthode la plus simple pour

obtenir un bon rendement en gramme/watts.

Si le cannabiculteur débutant est sérieux, soigneux, et qu’il se donne la peine de nous consulter une fois tous les

15 jours ; la première récolte pourra atteindre une qualité et une quantité plus que correcte.

Jusqu’à présent, toutes les mauvaises récoltes sont dues majoritairement à la non régularité d’observation du

cultivateur débutant, à la mauvaise qualité des produits utilisés, et ou par un appareillage et des produits non

appropriés.

Les insectes sont également à la base de l’échec…

Il y a deux manières de cultiver en utilisant le substrat de coco : on peut utiliser des pots ou des tapis en fibre de

coco.

L’avantage de cultiver en pots est que l’on peut les déplacer pendant la croissance. Chaque plante grandit

différemment, et il est très facile de les ranger suivant leur hauteur afin qu’elles aient toutes un maximum de

lumière.

L’utilisation des tapis en fibre de coco offrent des avantages supplémentaires tel que: moins de travail, moins de

déchets (essentiellement pour des surfaces de culture plus importante), mais cela à un coût supplémentaire

élevé : l’arrosage automatique.

Ce chapitre se concentrera uniquement sur la culture en pot, un second suivra…On parle uniquement de la

méthode de culture et pas de l’installation de la pièce. Nous vous conseillons de nous consulter afin de savoir de

quelle manière vous y prendre pour l’aménagement de l’espace de culture (chambre ou placard, isolation,

ventilation et installation électrique).

Le coco en pots

Afin d’éviter d’éventuels problèmes, nous réduisons la période de culture au minimum.

Pour cela nous utilisons des pots de 15x15x20cm de 4 litres.

Pour les variétés comme la citral, la White Widow, la Snowball, la Santa maria, et autres White Widow ; peu de

temps de croissance est nécessaire (18 heures de lumière par jour) ; et un climat bien humide pendant les deux

premières semaines suffit.

Pour les variétés comme la top 44 et la k2, qui ont une croissance plus lente, un minimum de 5 jours de

croissance est nécessaire. Etant donné que les plantes n’ont pas le temps de grandir, elles porteront un

maximum de 25 grammes chacune. Pour une lampe de 600watts, il faut compter un minimum de 24 plantes.

Comme la lumière artificielle que nous utilisons n’est pas aussi forte que le soleil, l’intensité lumineuse diminuera

des que la distance entre la lampe et les plantes augmentera. Pour cette raison, il vaut mieux avoir une plante de

petite taille, plutôt qu’une grande plante (plus de 75 cm) difficile a manier qui sera vide sur le bas (manque de

lumière).

Ranger et comparer les pots.

Le grand avantage de la culture en pots est le fait que l’on puisse déplacer ranger et vérifier le besoin en eau de

chaque plante. Surtout dans les trois premières semaines il peut y avoir de grandes différences.

En 5 jours une plante peut prendre 15 cm et une autre 2 cm, l’une boit beaucoup plus que l’autre. Si vous les

arrosez toutes de la même manière, les plus petites seront noyées et les plus grandes desséchées. Si vous les

arrosées chacune au bon moment elles grandiront plus vite.

Quand le temps de récolte diminue, on voit assez souvent que les plantes au milieu deviennent plus jaunes que

celles de l’extérieur : Les plantes qui ont plus de lumière consomment la nourriture plus vite, si vous placez une

plante jaune a extérieur, vous lui donnez le temps de se nourrir et de redevenir verte. Une plante bien verte, au

contraire, consomme la nourriture plus vite en pleine lumière qu’une plante déjà jaune car cette dernière n’arrive

plus à assimiler la nourriture. Déplacer les et ranger les tout au long de leur vie.

Le fait de pouvoir régler la hauteur des lampes améliore aussi la culture.

L’humidité de l’air

C’est un élément sous estimé dans la culture à l’intérieur. Surtout au cours des trois premières semaines. Elle est

déterminante pour l’évolution de la plantation en ce qui concerne le développement des racines.

Une bouture est simplement une branche avec quelques feuilles. Elle est détachée d’une grande plante : La

plante mère. Cette dernière a été sélectionnée selon sa qualité son sexe et sa force. Chaque bouture de cette

mère en a exactement les mêmes qualités (C’est le facteur de l’hérédité).

Etant donné que cette bouture fait évaporer de l'eau par les feuilles mais qu'elle n'arrive pas á boire (il n'y a pas

de racines), on doit la protéger du dessèchement. Ceci grâce à l'humidité de l'air. En augmentant l'humidité de

l'air, l'eau s'évaporera moins vite et la plante perdra moins d’eau que dans un air sec. De cette façon, vous lui

donnez plus de temps pour développer les racines. Grâce á l'humidité de l'air, on peut régler la vitesse de

l'évaporation de l'eau de la plante.

Même en ayant des racines, il se peut qu'une plante jeune ou malade n'arrive plus à suivre l'évaporation, par

exemple : Quand il y a trop de lumière ou trop de chaleur. On peut le détecter aux feuilles jaunâtres, aux

extrémités des feuilles desséchées, à une croissance stagnante et á l'humidité de l'air qui diminue. L'espace de

culture sera alors vite trop sec en allumant les lampes. Les boutures sont faites sous des tubes TL (Tubes

fluorescents) et n’ont pas l'habitude d'être exposées à une luminosité élevée. Installez donc les lampes le plus

haut possible, et allumez en une au départ, puis les suivantes au cours des deux premières semaines. Beaucoup

de lumière = beaucoup de chaleur. La chaleur nécessite une bonne extraction et cette dernière éjecte l'humidité.

On peut comparer la chaleur des lampes et l’extraction à un sèche cheveux.

Plusieurs lampes =Beaucoup chaleur = extraction maxi pour baisser la température = très peu d’humidité = pas

de développement de racines. Afin de garder une humidité élevée, il ne faut pas beaucoup de lumière au départ,

ce qui permet de faire tourner les extracteurs à la vitesse minimum. En plus, vous pouvez placer des réservoirs

d'eau ou vaporiser l’espace avec de l’eau ou vous servir d'un humidificateur. Attention aux appareillages

électriques, si l’humidité dépasse 95%.

En grandissant, les plantes vont consommer plus d’eau et dégager plus d’humidité, et finalement cette dernière

va se stabiliser.

Si l’humidité devient trop importante, allumez le reste des lampes ou augmenter la vitesse des extracteurs.

Pour une bonne culture, nous vous conseillons les valeurs suivantes :

Semaine 1 80 à 90% d’humidité

Semaine 2 70 à 80% d’humidité

Semaine 3 65 à 70% d’humidité

Semaine 4 à semaine 8 60 à 65% d’humidité

Semaine 9 et suivantes autour de 55% d’humidité

Actuellement, il existe plusieurs types d’appareillage de contrôle d’humidité et de température.

Ils nous facilitent la vie. N’hésiter pas à nous demander conseil.

Les petites bêtes

Tout cultivateur aura toujours la visite inattendue d’insectes. Avoir une bonne hygiène dans sa culture peut aider,

mais ne garantie rien. Il faut donc profiter des trois premières semaines avant l’apparition des fleurs pour

effectuer des traitements préventifs.

On peut se servir d’insecticides (bio afweer 1&2, Brimex) pendant cette période.

Attention, choisissez uniquement des produits destinés à la culture des fruits et des légumes de préférence des

produits bios, car certains produits sont très toxiques. Vérifiez la période de rémanence (durée d’utilisation avant

la récolte.

Rincez abondamment après le traitement. Pulvérisez surtout le dessous des feuilles.

Utilisez deux insecticides : un contre les insectes suceurs et rongeurs ; l’autre contre les araignées rouges.

Dés l’apparition des fruits ou des fleurs, n’utilisez que des produits biologiques à faible rémanence (bio afweer

1&2, Brimex) ou les plaquettes appâts (Biomex rouge bleu ou jaune) ou préférez la lutte biologique. Pour chaque

insecte nuisible aux plantes, un insecte prédateur existe. Par exemple : les ROOFWANTS (orius) et les

ROOFMIJT de sol (hypoaspis miles).

Les premiers se nourrissent des insectes nuisibles qui se trouvent sur les feuilles, les seconds se nourrissent des

insectes qui se trouvent dans le sol.

L’araignée rouge est le nuisible le plus tenace, elle peut détruire une récolte en quelques jours. Utilisez les

ROOFMIJT contre les araignées rouges.

Toute cette prévention semble de travail, mais elle peut éviter une mauvaise récolte, et combattre un fléau

demande beaucoup plus de travail et peu coûter beaucoup d’argent en ce qui concerne la perte de rendement et

de qualité.

L’humidité du sol

L’arrosage du coco diffère de l’arrosage du terreau. Trop d'eau dans le terreau peut noyer la plante. On ajoute par

exemple de la perlite au terreau afin d'éviter ce problème et d’aérer ce dernier. Par contre le coco est si aéré qu'il

y a toujours assez d'oxygène et qu'on n'arrive pas à noyer la plante.

Ceci veut dire que l'on peut donner autant d’eau que la quantité qui coule en dehors du pot lors de

l’arrosage, c’est le drainage.

Afin de stimuler le développement des racines, on laisse sécher le coco afin que ces dernières descendent au

fond du pot pour chercher l’eau.

On peut également arroser le coco de la même manière que le terreau, c’est-à-dire sans le drainage .Mais les

meilleurs résultats ont été obtenus avec du drainage (il a déjà été obtenu 750 grammes avec une lampe de 600

watts, avec 9 semaines de floraison pour une surface de 1.2 m².

Pour les explications des valeurs de l’electro-conductivité voir le chapitre suivant…

Si l’E.C. est constant, il ne faut presque pas rincer le coco (recette d’eau de rinçage), et drainer 20% d’eau

nutritive. Si la valeur E.C. est plus élevée, il faut drainer plus (30%) et rincer plus souvent. Si la valeur E.C. est

basse, il faut augmenter la quantité de nourriture dans l’eau nutritive.

Malheureusement, il n’existe pas de contrôleur d’humidité pour le sol très fiable.

A partir du 8 ème jour, on doit récupérer dans le bac de drainage, environ ¼ de la quantité d’eau d’arrosage. On

peut décider ensuite d’arroser plus pour corriger le P.H. et la valeur E.C.

L’EC L’electro conductivité

Dans l’eau, c’est la quantité de sels dissous qui détermine la conductibilité. S’il n’y a pas de sels minéraux

dissous dans l’eau, l’EC est nul, l’électricité ne passe pas, comme dans de l’isolant.

La présence de beaucoup de sels donne une bonne conductibilité. Vu que la plupart des sels minéraux sont

également de la nourriture, la valeur de l’EC nous donne la quantité de nourriture dans l’eau. La valeur de l’EC

diffère selon les régions ; En Hollande, l’eau courante à une valeur située entre 0.1 et 0.7 us/cm². Dans la région,

la valeur E.C. se situe autour de 0.5.

Quand nous parlons de la valeur d’EC, c’est toujours la combinaison de l’eau courante et de la nourriture

(engrais).

Partons sur une valeur E.C. de base pour l’eau du robinet de 0.5 us/cm².

Pour obtenir une eau nutritive avec une valeur E.C. de 1.7 us/cm², il faut ajouter en quantité d’engrais pour

l’alimentation de la plante 1.2us/cm² à l’eau du robinet qui fait 0.5 us/cm². 0.5 + 1.2 = 1.7µs/cm²

Pour les jeunes plantes, il faut passer progressivement d’une E.C. de 1.2 µs/cm² à 1.7µs/cm² sur trois semaines.

C’est la couleur des feuilles qui nous informe sur les besoins de la plante en engrais :

- Des feuilles vert foncé signifient que la plante a suffisamment de nourriture et qu’elle absorbe bien les aliments.

-Des feuilles qui jaunissent, soit il manque de l’engrais, soit au contraire la plante a trop de nourriture et elle

sature. Dans ce cas arrosez selon la recette d’eau de rinçage.

D’autres facteurs jouent aussi un rôle sur la couleur des feuilles. En cas de doute, vérifiez la valeur d’EC de l’eau

de drainage, elle doit se situer entre 1.7 et 2.4 us/cm².

Préférez une grosse quantité d’eau nutritive à faible concentration d’engrais plutôt qu’une faible quantité d’eau à

forte concentration d’aliments.

P.H

P.H signifie le taux d’acidité. Dans la culture, il détermine la capacité d’absorption de nourriture de la plante. Un

P.H trop faible (acide) fait que la plante absorbe trop vite les éléments et risque de s’empoisonner. Un P.H trop

élevé (basique) fait que certains éléments ne sont que partiellement ou pas du tout absorbés par la plante.

Une déficience de la plante est souvent dû non pas à un manque de nourriture, mais à une mauvaise absorption

de la plante.

Pour que la plante absorbe bien la nourriture, il faut une valeur de P.H comprise entre 6.0 et 6.5, avec 6.3 comme

valeur idéale. Il faut donc maintenir la valeur du P.H la plus constante possible pendant toute la culture.

Pour corriger le P.H, il faut utiliser de l’acide azotique et de l’acide phosphorique. L’acide azotique ou P.H groei

(P.H min groei) s’utilise pendant la phase de croissance et pendant la première semaine de floraison. L’acide

phosphorique ou PH bloei (P.H min bloei) s’utilise pendant la phase de floraison. Si la valeur du P.H de l’eau

nutritive est inférieure à 5.7, il faut utiliser un autre produit qui élève la valeur P.H : c’est le P.H plus. En général,

le P.H est plus souvent basique.

La terre tout comme le coco a la capacité de guider, corriger, et stabiliser le P.H. Ce sont les sels minéraux et

autres oligo-éléments contenus dans le terreau qui corrigent le P.H. Cela veut dire que l’on peut cultiver au

minimum une récolte sans s’occuper du P.H. Si l’on arrive à apporter juste l’engrais dont les plantes ont besoin,

on peut faire jusqu’à cinq récoltes avec le terreau.

À la fin de la récolte, si le P.H est trop faible (acide), il suffit d’ajouter de la chaux au terreau et il augmentera.

L’E.C et le P.H sont liés. Si vous augmentez la quantité de nourriture dans l’eau nutritive, le P.H augmente. Si

vous ajouter de l’acide à l’eau, l’E.C augmente légèrement. Si vous donnez continuellement trop de nourriture ou

si les plantes en absorbent moins, l’E.C augmente et l’eau sera plus acide.

Contrôlez ou faites contrôlez par le growshop (en nous amenant un échantillon de votre terreau) le P.H et l’E.C

toutes les trois semaines. Nous disposons au magasin d’une gamme complète de contrôleur de P.H à partir de

40 euro. Des contrôles réguliers évitent l’accumulation d’acide et de sels minéraux.

Le drainage

C’est la quantité d’eau qui sort des pots après l’arrosage. Le drainage a pour utilité d’améliorer la valeur de l’E.C,

d’enlever les sels superflus et de pouvoir contrôler le P.H et l’E.C.

Il faut toujours essayer de donner la quantité exacte de nourriture aux plantes. Etant donné que les plantes ne

consomment pas la même quantité de nourriture et qu’elles secrètent des sels, il peut y avoir des pots dans

lesquels les sels s’accumulent. Ce surplus de nourriture fait que le sol devient salin et que le P.H descend.

Le drainage permet de rincer le coco à chaque arrosage afin d’éviter une trop forte concentration de nourriture

dans le sol. En contrôlant l’eau nutritive et le coco,on peut vérifier si le sol est pollué. Si la valeur E.C de l’eau de

drainage ou du coco est plus élevée que celle de l’eau nutritive, alors il faut rincer en utilisant la recette de

rinçage.

Vous pouvez également faire effectuer ces contrôles gratuitement en nous apportant des échantillons de coco et

d’eau. Ainsi, nous déterminerons ensemble la marche à suivre.

Si après le rinçage, les valeurs sont encore mauvaises, n’hésitez pas attendre quelques jours pour contrôler et

rincer de nouveau si nécessaire. Le surplus de SHOMMELINGEN peut causer en très peu de temps du stress

chez vos plantes.

Un cycle de culture jour après jour.

Jour 1

• Chauffez l’espace de culture à 24°C.

• Maintenez l’humidité entre 80 et 90%.

• Allumez le minimum de lampes et placez les le plus haut possible pour éviter l’évaporation (voir chapitre

Humidité de l’air).

• Complétez les pots si besoin est.

• Extraction coupée ou au minimum.

• Arrosez uniformément chaque plante avec ½ litre d’eau nutritive (recette de plantation) 10 minutes après

la plantation pour éviter que le coco absorbe l’eau du cube de laine de roche et de ce fait risque d’assécher la

jeune plante.

• Vaporisez les plantes et l’espace de culture pour qu’ils soient bien humides, sans pour autant mouillé le

terreau car le P.H de l’eau de vaporisation n’est pas réglé.

• Commencez selon les variétés dés maintenant ou dans les sept jours la phase de floraison (12 heures

de lumière sur 24 heures).

Semaine 1

• Maintenez le taux d’humidité au-dessus de 80%.

• A partir du 2 éme jour et jusqu’à la formation des fleurs, vaporisez contre les insectes sans oublier le

dessous des feuilles.

• Dés que les plantes ont pris quelques centimètres, rangez les par tailles ; les petites à l’intérieur et les

grandes à l’extérieur (chapitre ranger et sélectionner les plantes).Les plantes se développeront uniformément.

• Après environ une semaine (entre 5 et 10 jours), les plantes ont besoin d’eau. Utilisez la recette d’eau

nutritive n°1. Arrosez uniquement les plantes dont le terreau est sec, et patientez quelques jours pour les autres

(chapitre ranger et sélectionner les plantes).

• Normalement, vous pouvez allumer les 2/3 des lampes. Ceci dépend du contrôle d’humidité de l’air et du

développement des plantes au cours de la première semaine.

• Si les plantes ont encouru un choc pendant la première semaine ou ont connu une humidité trop basse,

elles ne supporteront pas trop de luminosité. Dans ce cas, il vaut attendre encore quelques jours avant d’allumer

et de descendre le reste des lampes afin de garder un taux d’humidité élevé.

Semaine 2

• Maintenez le taux d’humidité entre 70% et 80%.

• Continuez à vaporiser contre les insectes.

• Rangez et sélectionnez les plantes.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°1 uniquement les plantes qui ont les pots secs, en générale une

plante qui se porte bien demande un arrosage plus important.

• Allumez les dernières lampes.

• Actionnez légèrement les ventilateurs de circulation et d’extraction.

Semaine 3.

• Maintenez l’humidité entre 65 et 70%.

• Baisser progressivement les lampes jusqu'à un minimum de 50 cm pour une 600 watts et 40 cm pour

une 400 watts.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°2.

• Vaporisez une dernière fois à la fin de la semaine ; ceci dépend du développement des fleurs.

• A la fin de la troisième semaine, on peut arroser jusqu’à la formation du drainage. Pour les plantes qui

poussent bien, vous pouvez bien arroser ; pour les plus petites, il vaut mieux maintenir un pot sec pour

favoriser le développement des racines. (Chapitre ranger et sélectionner les plantes).

• Faites monter le drainage jusqu’à 20% minimum dans les deux semaines qui suivent.

• Contrôlez l’eau de drainage, vous pouvez y trouver des insectes nuisibles. Contrôlez ou faites contrôlez

le coco ou l’eau de drainage par le Grow Shop. Si les valeurs E.C et P.H de l’eau nutritive différent de

l’eau de drainage, il faut rincer ou drainer plus. Demandez-nous conseil.

• Commandez les prédateurs naturels dans votre growhop préféré afin de continuer le traitement

préventif. Les ROOFWANTS et les mites prédatrices suffisent pour lutter efficacement contre la majorité

des insectes nuisibles. Seule, l’araignée rouge est vraiment tenace, dans ce cas il faut utiliser les

ROOFMIJT spéciales contre les araignées rouges.

Semaine 4.

• Diminuez le taux d’humidité de 65 à 60% au cours des quatre prochaines semaines.

• Ne vaporisez plus contre les insectes.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°2.

• Venez chercher au growshop les insectes prédateurs que vous avez commandez et installez les dans

l’espace de culture.

• Ventilateur et extracteurs à la vitesse maximale.

• Baissez les lampes à la distance minimale.

• Examinez vos plantes pour vous assurer qu’il n’y a pas d’insectes.

Semaine 5.

• Maintenez le taux d’humidité autour de 60%.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°3.

• Examinez vos plantes pour vous assurer qu’il n’y a pas d’insectes.

• Débarrassez l’espace de culture des feuilles mortes et autres déchets.

• Contrôlez ou faites contrôlez la terre par le Grow Shop et vérifiez la couleur des feuilles en cas de doute

demandez-nous conseil.

Semaine 6.

• Maintenez le taux d’humidité autour de 60%.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°3.

• Examinez vos plantes pour vous assurer qu’il n’y a pas d’insectes.

• Débarrassez l’espace de culture des feuilles mortes et autres déchets.

Semaine 7.

• Maintenez le taux d’humidité autour de 60%.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°3.

• Examinez vos plantes pour vous assurer qu’il n’y a pas d’insectes.

• Débarrassez l’espace de culture des feuilles mortes et autres déchets.

Semaine 8.

• Maintenez le taux d’humidité autour de 60%.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°4.

• Contrôlez ou faites contrôlez la terre par le Grow Shop. Trop de sels rendent le terreau inutilisable pour

la prochaine récolte sauf si vous supprimez les sels en rinçant à l’aide du cannazym jusqu’à avoir une

valeur E.C inférieur à 1.6. Ce produit libère les sels bloqués dans la terre et élimine les racines mortes.

• Corrige le P.H si nécessaire.

• Examinez vos plantes pour vous assurer qu’il n’y a pas d’insectes.

Semaine 9

• Maintenez le taux d’humidité en dessous de 55% pour éviter la moisissure.

• Arrosez avec la recette d’eau nutritive n°4.

• Vérifiez s’il n’y a pas de moisissure essentiellement sur les plus grosses têtes. Ouvrez les prudemment

jusqu’à la tige. Cherchez après des poils de moisissure (blancs ou bruns), après des taches brunes grise

set visqueuses. En cas de doute, amenez la tête infectée au growshop pour vérification. Coupez

immédiatement les plantes qui sont atteintes de la moisissure car celle-ci se répand très vite.

• Lorsque les 2/3 des filaments des fleurs sont bruns, vous pouvez récolter.

Conseils d’arrosage.

L’eau est la source de vie de chaque plante. On doit y être très attentif.

Voici quelques conseils :

• La température de l’eau doit être égale à celle du coco, et à celle de l’air, environ 23°C.

• En préparant l’eau un jour à l’avance, les produits chimiques tel que le Chlore, s’évaporent.

• Si vous avez l’intention de régler le PH de l’eau nutritive, vous devez le régler à chaque arrosage, et

pendant toute la durée de la culture. Où alors, ne le faites pas du tout. Le PH doit rester constant au

maximum pendant toute la culture.

• N’oubliez pas de fermer le robinet d’eau.

• Ne mélangez jamais les canna coco A et B directement ensemble, il faut toujours les dilués dans l’eau.

Recette de plantation :

1 ml/l de canna coco A et 1 ml/l de canna coco B

1 ml/l de B’cuzz coco wurtel stimulator (stimulateur de racines)

1 ml/l de B’cuzz coco Booster Indica (booster de croissance)

1 comprimé de CO2 tabs pour 100 litres

Valeur P.H 5.7

Recette d’eau nutritive n°1 :

2 ml/l de canna coco A et 2 ml/l de canna coco B

1 ml/l de B’cuzz coco wurtel stimulator (stimulateur de racines)

1 ml/l de B’cuzz coco Booster Indica (booster de croissance)

1 comprimé de CO2 tabs pour 100 litres

Valeur P.H 5.7

Recette d’eau nutritive n°2 :

Selon la couleur des feuilles et la valeur du sol de 1 à 4 ml/l de canna coco A et canna coco B

1 ml/l de B’cuzz coco Booster Indica (booster de croissance)

1 ml/l de B’cuzz coco Bloei stimulator (stimulateur de floraison)

1 comprimé de CO2 tabs pour 100 litres

Valeur P.H 5.7

Recette d’eau nutritive n°3 :

Selon la couleur des feuilles et la valeur du sol de 1 à 4 ml/l de canna coco A et canna coco B

1 ml/l de B’cuzz coco Bloei stimulator (stimulateur de floraison)

1 comprimé de CO2 tabs pour 100 litres

Valeur P.H 5.7 sauf si vous devez le corriger suite aux contrôles de l’eau de drainage

Recette d’eau nutritive n°4 :

Testez le coco. Si l’E.C est élevé et le P.H est faible, le coco est inutilisable pour la culture suivante à moins

d’éliminer l’excédent de sels et de rincer. Utilisez la recette de rinçage. Il faut avoir les valeurs suivantes : E.C <

1.7 P.H compris entre 5.5 et 5.9. Le cannazym permet également de détruire les racines mortes.

Normalement, le dernier arrosage ne doit pas contenir de nourriture :

2.5 ml/l de Cannazym

1 ml/l de B’cuzz coco Bloei stimulator (stimulateur de floraison)

Valeur P.H 5.7 sauf si vous devez le corriger suite aux contrôles de l’eau de drainage

1 ml/l de canna coco A et 1 ml/l de canna coco B

2.5 ml/l de Cannazym

Recette d’eau de vaporisation contre les insectes :

L’eau doit être à la même température que l’air

Pas besoin de corriger le P.H

Lisez attentivement les notices des produits utilisés

Faites attention à la période de rémanence (période pendant laquelle des produits plus ou moins toxique

Reste sur les plantes

Explications des produits utilisés.

Canna Coco A & B :

Engrais à deux composants, nourriture de base utilisée pendant la croissance et la floraison pour une

culture en fibre de coco.

Ces engrais règlent un peu le P.H. Il n’est donc pas obligatoire de le régler.

Dosage de 1 à 4 ml/l

Valeurs E.C entre1.2 et 2.4µcm/ms. Ceci dépend de l’eau du robinet et de la période.

B’cuzz Coco Booster Indica :

C’est un stimulateur de croissance utilise pendant les quatre premières semaines. Il comprend des

vitamines, des aminoacides et d’autres substances qui améliorent entre autre le métabolismeet

l’insertion de nourriture via les racines.

Dosage 1 ml/l pendant les quatre premières semaines.

B’cuzz Wortel Stimulator :

C’est un stimulateur de croissance des racines que l’on utilise les dix premiers jours.

Dosage 1 ml/l pendant les dix premiers jours.

B’cuzz Coco Bloeistimulator :

C’est un stimulateur de floraison qui facilite les production d’hormones florales et qui fait avancé la

floraison. Une plante qui pousse très vite peut rester petite et fleurir comme il faut bien qu’elle s’arrête

de pousser très tôt. En général, on utilise le Bloei stimulator juste après l’utilisation du stimulateur de

racines ; c’est à dire à partir du douzième jour.

P.H min GROEI

C’est un acide à base d’azote que l’on utilise pendant la croissance (car l’azote est beaucoup utilisé

par la plante pendant cette période). Il nous permet de régler le P.H à l’aide d’un P.H-mètre .

Valeur P.H entre 5.2 et 6.2.

P.H min BLOEI

C’est un acide à base de phosphore (élément très important pour la plante pendant la floraison). Il

nous permet de régler le P.H à l’aide d’un P.H-mètre .

Valeur P.H entre 5.2 et 6.2.

CO2 Tabs ( c'est pas le top )

Ce sont des comprimés effervescents à diluer dans l’eau nutritive. La molécule de Carbone est très

importante pour le développement de la plante.

Dosage 1 comprimé pour 100 litres.

Bayern Massai spécial Anti araignées rouge pour les légumes et les fruits

C’est un insecticide systémique contre les araignées rouge. Attention à ne pas sur doser pour ne pas

brûler les plantes. Attention à la période rémanence.

Ne pas utiliser sur les fleurs et bien rincer les plantes après le traitement.

Buzz Off

Insectiside biologique contre les pucerons, trips et autres insectes. Uniquement pendant la

floraison.

Dosage 1 ml/l en traitement préventif et 3 ml/l en curatif.

Cannazym

Il permet d’enlever la nourriture bloqué dans le coco. Il a pour but de rincer le coco et d’éliminer les

résidus organiques tel que les racines mortes.

Dosage 2.5 ml/l

SuperThrive

Ce produit à base ingrédients

Récolter et sécher vos plantes.

Il existe plusieurs manières de faire sécher vos plantes :

Il faut essayer dans les derniers jours de culture de réduire l’humidité du sol jusqu’à avoir un terreau

complètement sec.

Coupez ensuite les plantes à la base du tronc. Enlevez les grandes feuilles, séparer les branches

principales du tronc et pendez les la tête en bas dans un espace sombre légèrement ventilé avec une

température comprise entre 18 et 20°C. Attention pas de ventilation directe sur les plantes.

Contrôlez régulièrement les plantes ; vérifier qu’il n’y ait pas de moisissure. Si vous en trouvez,

coupez tout de suite les têtes atteintes et enlevez-les de l’espace de séchage. La moisissure peut se

propager très vite aux autres plantes.

Dix à vingt jours plus tard, vous pouvez manucurer les têtes. Enlevez toutes les petites feuilles pleines

de cristaux, et séparez les fleurs des tiges. Vos plantes sont prêtes à être consommées ou emballées

Récupérez les petites feuilles de manucures et mettez-les de cotés pour fabriquer du skuff (shit

hollandais).

Dans la pratique peu de gens font le séchage correctement ; souvent, le produit fini est séché en une

dizaine de jours et vendu tout de suite après. Un séchage trop rapide donne une herbe de mauvaise

qualité par l’odeur et le goût.

C’est pour cela qu’après le séchage il faut faire mûrir le cannabis. Emballez les fleurs dans des sacs

ou des boites en plastiques bien hermétiques et disposez-les de nouveau dans l’obscurité pendant

une bonne semaine. Cette action permet de transformer la chlorophylle en sucre et de rendre au

cannabis tout son arôme, son goût et sa bonne odeur.

Les grands cultivateurs utilisent des machines pour manucurer ; cela leur permet de gagner du temps,

de limiter les risques dus à la possession de cannabis et donc d’améliorer le rendement. Par contre la

qualité en prend un sacré coup.

Si vous souhaitez sécher vos plantes et en tirer le meilleur, suivez les indications ci-après :

• Diminuez l’humidité du sol pour arriver à un terreau complètement sec le jour de la récolte.

• Coupez les plantes et débarrasser-les de leurs plus grandes feuilles (celles où il n’y a pas de

cristaux.

• Pendre les plantes dans un endroit obscur à 18 20°C, légèrement ventilé et avec une humidité de

55 à 60¨.

• Laissez les sécher pendant trois ou quatre jours.

• Coupez à l’aide d’un cutter électrique ou d’une paire de ciseaux toutes les petites feuilles de

manucure (celles chargées de cristaux) et laissez-les sécher pendant trois semaines dans le noir avec

une humidité inférieure à 50%. On les utilisera par la suite pour fabriquer du Skuff (shit hollandais.)

• Séparez les fleurs des tiges.

• Placez les fleurs dans un sac ou une boite bien hermétique pendant douze heures afin de les faire

transpirer. Cette opération permet de répartir uniformément l’humidité à l’intérieur de la plante.

• Vérifiez l’humidité des fleurs et faites les sécher de nouveau dans l’espace de séchage.

• Répétez ces opérations jusqu’à l’obtention du séchage souhaité.

• Attention à la moisissure et ne laissez pas trop sécher les plantes, car la qualité et le rendement en sera

affecté.

• Etant donné que c’est un produit de consommation, l’hygiène n’est pas un luxe superflu.

Skuff

Apres avoir séché et manucuré les plantes, il va vous rester toutes les petites feuilles, celles-ci contiennent

beaucoup de cristaux et donneront une bonne qualité de hasch. Pour récupérer ces cristaux, il faut tamiser toutes

ces petites feuilles à l’aide d’un tamis très fin ou mieux encore avec un shaker à shit, un skuffbuzzer ou un

pollinator. On trouve ces différents appareils au magasin. Chaque appareil extrait les cristaux d’une manière

différente. Demandez-nous conseil lors de l’achat de l’appareil.

Si vous tamisez trop longtemps, de petits morceaux de feuilles vont également passer à travers le tamis, ce qui

va diminuer la qualité du skuff récolté.

Pour décoller plus facilement les cristaux des feuilles, il faut mettre les feuilles une petite demi heure au

congélateur avant le tamisage. Les cristaux durcissent avec le froid et se détachent plus facilement. Dans un air

très sec, les cristaux se décollent également plus facilement (humidité en dessous de 35.)

Lorsque que vous pensez avoir suffisamment de cristaux (skuff), il n’y a plus qu’à presser le mélange. Pour cela,

déposez le skuff dans du cellophane (plastique d’emballage des paquets de cigarettes), qui supporte bien la

chaleur.

Il existe différentes manières de presser le shit : on peut le presser à la main, le coincer dans une porte, dans un

étau ou à l’aide d’une presse. Des presses spécialement conçues pour cela, sont à la vente au magasin.

Apres la presse, remettez votre morceau de shit au congélateur, il se décollera plus facilement de la feuille de

plastique.

Autre lien sur la culture sur coco en natte

http://www.growside.nl/pdf/kweken_op_ko ... abs_fr.pdf

@+ :bye:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×