Aller au contenu
ruderalix

La princesse cannabis de Sibérie

Messages recommandés

ruderalix    356
ruderalix

Rudé vs salue 

 

La princesse cannabis de Sibérie : l’une des premières utilisatrices connues de cannabis médical

 

 

 

                                Captureggg.thumb.PNG.e3f904d2cdc2ed9d174be58adf4e0912.PNG

 

L’une des découvertes archéologiques russes les plus importantes de la fin du XXe siècle a été celle de la jeune fille des glaces de Sibérie. Découverte en 1993 dans une tombe de la République de l’Altaï, la momie, également connue sous le nom de Princesse d’Ukok ou de princesse de l’Altaï, a précédemment vécu au 5è siècle avant J-C.

 

 

Une IRM a révélé que la princesse des glaces est décédée d’un cancer du sein. Les archéologues ont également découvert une récipient contenant du cannabis enterré à ses côtés et ont suggéré qu’elle l’utilisait pour soulager sa douleur.

 

La découverte a été faite sur le plateau d’Ukok, près de la frontière chinoise, où les archéologues ont finalement identifié une des premières utilisations connues de cannabis médical.

On savait déjà que l’empereur shen nug s’est vu prescrire du cannabis pour traiter la goutte, les rhumatismes, le paludisme et les troubles de la mémoire dès 2737 avant J-C.

C’est un médecin chinois, Hua Tuo (vers 140-208) qui serait la première personne connue à consommer du cannabis comme anesthésique. Tuo aurait administré à ses patients un mélange de cannabis en poudre avec du vin avant la chirurgie.

 

Les Égyptiens de l’Antiquité utilisaient également du cannabis médical, la plante étant incluse dans un papyrus médical de connaissances à base de plantes datant de 1550 av J-C. Selon une étude publiée dans Microbes in food and Health, le papyrus contient une prescription de cannabis pour traiter l’inflammation.

 

Et l’année dernière, des archéologues ont découvert ce que l’on pense être la première preuve de cannabis fumé dans un cimetière vieux de 2500 ans en Asie central.

 

Robert Spengler, co-auteur de l’étude et directeur des laboratoires de paléoethnobotanique à l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine, a déclaré au National Geographic que les personnes se déplaçant à travers le plateau du Pamir, reliant l’Asie centrale et la Chine à l’Asie du sud-ouest, pourraient avoir conduit à l’hybridation des cultivars de cannabis de toute la région.

« C’est un merveilleux exemple de la façon dont les humains sont étroitement liés au monde biotique et imposent des pressions évolutives sur les plantes qui les entourent », a déclaré Spengler.

 

Aurélien Bernard.

 

Source:

ICI

 

 

 

Citation
Citation

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×