Aller au contenu
Guest

co2

Messages recommandés

Guest   
Guest

salut tout le monde j'ai écouté parler que l'on pouver faire du co2 sois méme si qulqu'un peut me dire comment on fait et comment on l'administre au fleur.merci tout le monde [icon_e_geek.gif]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    47
Bob

Le CO2

Introduction

Le dioxyde de carbone est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène et dont la formule brute est : CO2. Cette molécule linéaire a pour formule développée de Lewis : O=C=O

Dans les conditions normales de température et de pression le dioxyde de carbone est un gaz incolore communément appelée gaz carbonique.

Il est présent dans l'atmosphère dans une proportion approximativement égale à 0,035 % en volume.

Il est produit notamment lors de la fermentation aérobie ou de la combustion de composés organiques, et lors de la respiration des êtres vivants et des végétaux. Pour ces derniers, la photosynthèse piège beaucoup plus de CO2 que sa respiration n'en produit.

1. Rôle du CO2

Le rôle du CO2 est essentiellement celui de source carboné pour les plantes autotrophes photosynthetiques.

1.1. Photosynthèse :

de phôtos, « lumière », et sunthesis, « réunion ». Dans les années 1770, Joseph Priestley, chimiste et théologien (1733-1804), montre qu'une plante peut « restaurer » l'air « vicié » par une bougie ou par un animal. Johannes Ingen-Housz (1730-99) découvre que cette « purification » nécessite de la lumière et met en jeu les parties vertes de la plante. Grâce à la chlorophylle contenue dans les chloroplastes de leurs feuilles, les plantes utilisent l'énergie lumineuse du soleil pour combiner le gaz carbonique qu'elles absorbent avec l'hydrogène (apporté par l'eau) et former des substances organiques (sucres en particulier). Elles rejettent alors de l'oxygène : 6 CO2 + 6 H2O + énergie lumineuse ? C6 H12O6 (glucose) + 6 O2.

1.2. 1ère PHASE (PHOTOCHIMIQUE) :

le dégagement d'oxygène s'accomplit à la lumière. Grâce à l'énergie lumineuse captée par la chlorophylle au niveau de 2 photosystèmes (complexes protéines-pigments), des électrons arrachés à l'eau sont transférés jusqu'au NADP+ par une chaîne de transporteurs d'électrons localisés dans la membrane des thylakoïdes, petits sacs constituant les lamelles photosynthétiques isolées et les granas (empilements de lamelles plus courtes). Le NADP+ est alors réduit en NADPH + H+ en prélevant 2 protons dans le stroma plastidial. Au cours de ce transfert, des protons sont accumulés dans le lumen des thylakoïdes. Une différence de concentration en protons, c.-à-d. une différence de pH, s'établit de part et d'autre de la membrane du thylakoïde entre le lumen et le stroma. La libération de protons dans le stroma au niveau des ATP synthétases permet la synthèse d'ATP (adénosine triphosphate) et annihile la différence de pH.

1.3. 2ème PHASE (THERMOCHIMIQUE) :

le CO2 est fixé sans besoin de lumière. Le NADPH + H+ et l'ATP obtenus précédemment sont utilisés pour transformer le gaz carbonique en sucre (glucose). L'enzyme qui fixe le CO2 est la ribulose 1,5 bisphosphate carboxylase/oxygénase, ou Rubisco. Cette enzyme peut représenter 50 % des protéines d'une feuille. Du point de vue de l'assimilation du CO2, on distingue : 1o) les plantes en C3 (surtout arbres des forêts tempérées) pour lesquelles le 1er produit qui suit la fixation du CO2 est une molécule à 3 atomes de carbone (acide phosphoglycérique) ; 2o) les plantes en C4 (maïs, canne à sucre, cannabis, plantes de régions subtropicales) qui incorporent le CO2 dans un corps en C4 (acide oxaloacétique puis acide malique ou aspartique). Dans les plantes en C4, une phosphoénol-pyruvate-carboxylase fixe le CO2 avant que n'intervienne la rubisco (dans un second temps). Les plantes à métabolisme crassulacéen (CAM) fixent le CO2 la nuit et l'accumulent dans leurs vacuoles sous forme d'acide malique (crassulacées : agave, guntia).

2. Intérêt de l’apport en CO2

2.1. Augmenter le rendement :

Loi de Liebig :

La Loi du Minimum ou loi des facteurs limitant est l'un des principes les plus importants de l'agronomie pratique.

Sous sa forme initiale, donnée par Liebig vers 1850 dans sa théorie de l'alimentation minérale des plantes, elle énonce que le rendement d'une culture est limité par celui des éléments fertilisants qui le premier vient à manquer (soit N, ou P, K, Mg, etc) et qu'il convient de compenser le manque par un apport, sous forme d'engrais minéral, complétant le ou les éléments en quantité insuffisante.

Sous sa forme plus générale, comme loi du maillon le plus faible, elle énonce que le résultat d'une chaîne de processus est limité par le chaînon le moins performant et que c'est sur lui qu'il faut agir pour dépasser la limite.

L’ajout de carbone peut permettre d’augmenter le rendement d’une culture mais uniquement à la condition que celui-ci soit le facteur limitant. Il est donc inutile dans une majorité des cas.

2.2. Compenser la chaleur :

L'effet fertilisant d'une augmentation de la teneur en CO2 peut-être modélisé par une loi de régression avec en abscisse la température. Et l'on constate que cet effet fertilisant croit avec la température.

Le corollaire est donc que si l'on veut augmenter la teneur en CO2, il faut augmenter la température. Et alors qu'en culture normale, la valeur supérieure optimale de la température est 26° ( avec une fermeture des stomates dès 29°); avec apport de CO2 cette valeur pourras être remontée jusqu'à 34° selon le stade de la plante et la teneur cible en CO2.

La conséquence étant pour le cultivateur une augmentation des besoins de la plante en eau et nutriments.

3. Comment faire un apport de CO2 :

3.1. Système CO2 sur Cartouche :

3.1.1. Avantages :

_ Débit réglable

_ Possibilité de coupler le détendeur à un electrovanne -> automatisme du système.

3.1.2. Inconvénients :

_ Dangereux pour la santé en trop grosse quantité.

_ coût, achat du kit détendeur, mano, electrovanne entre 300 et 450€ + rechargement des cartouches (cher pour un particulier qui recherche de temps en temps sa cartouche)

3.1.3. Ou se procurer :

_ Dans la plupart des GrowShop

3.2. CO² par la levure de boulanger :

3.2.1. Avantages :

_ Pas cher

_ On en trouve dans toutes les grandes surfaces.

3.2.2. Inconvénient :

_ L'odeur

_ L'apport ne devient efficace que pour des volumes de fermenteur au moins égal à 80L. Donc ceux qui veulent le faire avec des bouteilles de coca sont loin , très loin du compte.

3.2.3. Mode d'emploi :

Les levures de bières (Celle du boulanger, mais surtout pas la chimique) se "nourrissent" de sucre, et de ce sucre créent 2 composés. Le premier est l'alcool, le second qui nous intéresse plus précisément est le CO².

Les proportions sont 200 grammes de sucre (le sucre brun marche mieux mais moins longtemps), et 1L1/2 d'eau tiède. Mettre ça près de vos plantes devrait leur fournir un surplus de CO². Le CO² étant un gaz lourd il convient de le diffuser de haut (pour qu'il retombe sur vos plantes), cette solution doit être renouvelée dès qu'elle ne crée plus de bulles.

3.3. CO² par pilule :

3.3.1. Avantages :

_ Prix abordable (17€ la boite de pilule)

_ Durée de vie assez grande (nombreuse pilules dans la boite)

_ Pas d'odeurs

3.3.2. Inconvénients :

_ Modifie le PH de votre solution.

_ Ne marche pas, il faut savoir que l'absorption du CO2 est foliaire, pas racinaire.

Les seules options sont donc :

_ les systèmes a bouteilles qui demandent un investissement important,

_ les systèmes à levure très encombrants avec leurs réservoirs de plusieurs dizaines de litres.

4. Les contraintes de l'apport en CO2 :

_ la température qui doit être augmentée

_ le CO2 étant un gaz lourd, l'apport doit se faire par le haut de l'espace

_ la nécessité d'avoir des systèmes d'extraction lampe /espace de culture séparé. Simple question de bon sens, si vous apportez du CO2, il ne vous est plus nécessaire de renouveler l'air en vue de faire un apport du CO2

_ votre espace doit être hermétiquement clos de façon a limiter le volume à saturer

Et n'oubliez pas que cet apport ne doit se faire que de jour.

5. Quelques chiffres :

le taux en CO2 de l'air ambiant est de 0.035%

Le taux cible lors de l'apport en CO2 est de l'ordre de 0.15%

L'intoxication animale au CO2 débute à 1%

Remerciements Cr4b

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    47
Bob

ENRICHIR L'AIR EN CO2

Le gaz carbonique (CO2) est un gaz incolore , inodore et non inflammable, constamment présent autour de nous.

L'air que nous respirons en contient de 0.03 à 0.04 %.

Les plantes à croissance rapide peuvent consommer tout le CO2 disponible dans une pièce en quelques heures.

La photosynthèse et la croissance ralentissent , puis s' interrompent, quand le taux de CO2 tombe en dessous de 0.02 %.

Depuis plus de 40 ans déjà , les horticulteurs enrichissent l'air en CO2, dans les serres commerciales.Enrichir l'air en CO2, stimule la croissance des plantes.Les plantes à croissance rapide peuvent utiliser davantage de CO2 que les 0.03 à0.04 % (300 à 400 ppm ) naturellement présent dans l'air. Lorsque le CO2 est amener à un niveau compris entre 0.12 et 0.15 % 1200 à 1500 ppm ), taux considéré comme optimal par la plupart des horticulteurs professionnels.

Les plantes poussent deux à trois plus vite , à condition que la lumière , l'eau et les nutriments soient présent en quantité suffisante.

Enrichir l'air en CO2 n'a pratiquement pas d'effet sur les plantes cultivées sous néons car ceux-ci ne fournissent pas suffisamment de lumière pour que les plantes puissent utiliser le surplus de CO2.

Par contre, les lampes HID distribuent largement assez de lumière pour qu'elles fassent bonne usage du CO2 supplémentaire.

Une chambre de culture dont l'air est enrichi en CO2 , et ou la lumière , l'eau et la nutrition sont adéquate donnera des résultats extraordinaires.

En fait, dans ces conditions , les plantes à croissance rapide poussent encore plus vite qu'en extérieur . Si les plantations s'enchainent bien, on peut arriver à faire jusqu'à six récoltes par an.

Les plantes cultivées dans un environnement enrichi en CO2 ne sont pas plus concentrées en principes actifs. Elles produisent davantage de masse, si bien que davantage de principe actif sont reproduits globalement . Comme elles poussent plus vite , elles réclament d'avantage d'attention . Il leur faut à peu près deux fois plus d'espace , de nutriments et d'eau. Une T° plus élevée , aux alentours de 30 C° , aide à stimuler le métabolisme des plantes enrichies en CO2.

Ainsi entretenu , le jardin pousse si vite et prend tellement de place que la floraison doit être induite plus tôt que d'habitude.

La croissance des racines est également stimulée par un air enrichi en CO2.Le CO2 est absorbé par les feuilles , et la croissance globale de plante , y compris celle des racines est stimulée.

Le CO2 , affecte la morphologie végétale. La tige et les branches poussent plus vite et les cellules de ces parties de la plante sont plus concentrées. Les tiges supportent un plus grand poids de fleurs sans plier. Les branches étant plus nombreuses , la plante peut porter un plus grand nombre de fleurs.

Pour certains horticulteurs , enrichir l'air en CO2, est une source de frustration.

Les plantes poussent si vite que l'horticulteur non avertis sont dépassés.Si l'air est enrichi en CO2 mais que les autres besoins vitaux des plantes ne sont pas satisfait , elles n'en profitent pas.

Leurs croissance peut être limitée par un seul paramètre.Les plantes consomment l'eau et les nutriments à un rythme bien plus soutenu lorsque l'air est enrichi.Elles peuvent aussi avoir besoin d'un pot de plus grande taille . Si leur besoins ne sont pas satisfaits au bon moment, elles risquent d'en souffrir.

Accroitre l'intensité lumineuse en ajoutant une HID supplémentaire aide à accélérer la croissance mais n'est pas forcément nécessaire.Il se peu même qu'ajouter une lampe HID accélère la croissance du jardin au point qu'il soit difficile de continuer à l'entretenir comme il se doit.En tout cas ,enrichir l'air en CO2 ne signifie pas qui faille exposer les plantes à plus d'heures de lumière par jour. Pour entretenir une croissance saine et harmonieuse, la photo période doit rester normale.

Pour être le plus efficace, le niveau de CO2 doit être maintenu aux alentours 1500 ppm de manière uniforme. Il est donc nécessaire que la chambre de culture soit complètement close.Si l'un des murs présente des fissures de plus de 3 mm.

Celle-ci doivent être rebouchées pour empêcher toutes fuites. L'espace doit aussi être équipé d'un extracteur muni d'un clapet. L'extracteur évacue l'air vicié qui est remplacé par un air enrichi en CO2. Le clapet aide à ce que l'air enrichi reste

dans la chambre.

Les besoins en ventilation diffèrent selon le système d'enrichissement en CO2.

Il existe des kits jetable pour contrôler la teneur en CO2, ils sont facile d'utilisation, fiable et bon marché.

Pour déterminer combien il faut de combustible pour arrive au niveau idéal de 1500 ppm dans une pièce à 20 C°.

Il faut se souvenir que le niveau normal se situe autour de 300 ppm si bien qu'il faut en rajouter 1200 ppm.Puis il faut calculer le volume de la pièce en mètre cube( Long x lar x haut)Par exemple , une pièce de 2 mètres de Long sur 2 mètres de large , sur 2,5 mètres de haut occupe un volume de 10 mètres cubes.

Avoir 1200 ppm de CO2, dans un mètre cube signifie que l'on dispose de 0.0012 m³ de CO2.

Pour connaître la quantité de CO2 ,qu'il faut introduire pour maintenir la pièce au niveau désiré (1500 ppm),on multiplie donc le volume de la pièce par 0,0012.

Le volume de CO2 que l'on produit = volume de la pièce x 0,0012.

Dans notre exemple : 10 m³ x 0.0012 = 0.012 m³ de CO2.

Pour calculer la quantité de combustible qu'il faut brûler pour produire la quantité de CO2 désirée, il faut savoir que :

0.33 kg de combustible produit 1 kg de CO2

1 kg de CO2 occupe approximativement 0,5 m³

Il faut donc diviser la quantité de CO2 par 0,5 et la multiplier par 0,33 pour déterminer la quantité de carburant nécessaire.

Volume de CO2 à produire diviser par 0,5 x 0.33 = quantité de combustible à brûler.Dans notre exemple :

0,012 diviser par 0,5 x 0.33 = 0,00792 kg de combustible.

Autrement dit ,il faut brûler près e 8 grammes de combustible.Mais comme il faut répéter l'opération trois fois au cours de 12 ou 18 heures pour maintenir un niveau à peu près constant de CO2, au fur et à mesure qu'il s'échappe de la pièce.La quantité globale de carburant à brûler sera 8 x 3 = 24 grammes.

AVERTISSEMENT

Le CO2 peut faire tourner la tête quand il dépasse 5000 ppm et il devient toxique à très haute dose( quand le CO2 s'élève à ce point , l'air manque toujours d'oxygène).

Utiliser du CO2 comprimé exige de la prudence .Le gaz qui s'échappe de la bonbonne est si froid qu'une pulvérisation même brève peu abîmer la peau et les yeux.Si le débit est supérieur à 0,56 m³ par heure, le régulateur peut geler.

Ne jamais négliger une installation de se type , il faut toujours s'assurer de l'étanchéité du système ou de la bonbonne.

ASTUCE

Enrichir l'air en CO2 pour accélérer la croissance des plantes , en augmentant l'apport en eau et en nutriment , ainsi que la température et l'humidité.

Enrichir l'air en CO2 peut augmenter de 5 % le nombre de fleurs femelle.

Enrichir l'air de la chambre de culture en CO2 peut augmenter le volume de la récolte de 20 à 30 % , à condition que tous les autres paramètres soient respecté.

Faire démarrer des semis avec de l'air enrichi en CO2, leur donne une avance considérable , qu'ils conservent toutes leurs vies.

Source : Guide de culture en intérieur 2007/2008 de Jorge Cervantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    47
Bob

CO2

Concentrations en CO2 dans l'air:

Dans l'air normal, il y a 350 PPM (partie par million) de CO2, soit 0,035%.

Les études sur les croissances des plantes (qui ne manquent ni de lumière, ni d'engrais) montrent que la croissance de la plante augmente linéairement avec la concentration en CO2 dans l'air, jusqu'a environ 0,2% de concentration en CO2. (Soit en théorie, 5 fois plus vite, si 5 fois plus de CO2 dans l'air.

Masse de CO2 dans l'air

Une concentration de 0.035% de CO2 = 0.63 gr/m3

Une concentration de 0.2% de CO2 = 3.64 gr/m3

Un mettre cube d'air pèse 1,3 Kg

Un mettre cube de CO2 pur pèse 1,8 Kg

Besoins de la plante

La plante fixe le carbone a partir du CO2 contenu dans l'air elle l'absorbe par les feuilles et le transforme dans les parties vertes des feuilles (qui contiennent la chlorophylle).

Plus de la moitié de la plante sèche est constituée de carbone. Donc pour 100 grammes de masse sécher, il faut environ 60 a 70 grammes de carbone (on multiplie par 3.5 pour avoir la masse de CO2) ce qui nous fait 200 a 250 grammes de CO2 pour la vie de la plante.

Rq: la plante consomme un peu de carbone la nuit, on peut estimer ses besoins entre 5 et 10 grammes par jour.

Comment lui apporter du CO2

Pour apporter du CO2 a la plante, il faut que l'air circule autour des feuilles.

Il faut que l'air ne soit pas exagérément sec ou chaud, sinon, les feuilles referment ses stomates (l'équivalent des pores de la peau) pour économiser l'eau.

Il faut essayer d'enrichir l'air en CO2 (l'idéal serait d'atteindre une concentration de 0,2%)

Enrichir une pièce en CO2

Pour enrichir une petite pièce de 10m2 soit 25m3 a 0.2%, il faut produire 25*3.64=90g de CO2.

Le CO2 se diffuse facilement dans l'air, il se mélange rapidement et ne restera pas longtemps dans le placard, sauf si c'est étanche..

Produire du CO2 a partir de sucre

Pour cela mettre dans une casserole par exemple un litre d'eau à 20-30°, 100 grammes de sucres et y mettre un paquet de levure de boulanger (non chimique).

Le premier jour la levure se multiplie ça sent la pomme ou la boulangerie..

Les jours suivants (3a 5 jours), ça mousse et ça sent plus fort, ça sent un peu mauvais..

Pour 100 grammes de sucre, on obtient :

51 grammes d'alcool qui restent dans l'eau

49 grammes de CO2 qui se diffusent dans l'air.

On peut ensuite remettre du sucre les jours suivants, pour continuer la production..

La production de CO2 s'arrête,

* Lorsqu il n’y a plus de sucre

* Si la température du liquide dépasse 55°C (mort de la levure)

* Lorsque la concentration en alcool dans l'eau dépasse 25%

Quelle type d'installation

Si vous faites pousser vos plantes dans un aquarium,

il faut mettre le mélange dans la bouteille et par un tuyau introduire le CO2 bulle par bulle dans l'eau.. Attention de ne pas remplir complètement la bouteille, il faut laisser de la place pour la mousse. !!

(Vous trouverez des schémas sur les sites d'élevage de poissons, et d'aquariums.)

Si vous faites pousser vos plantes à l'air dans un pot

Dans ce cas, pas de bouteille, un seau de 10 litres à l'air libre, rempli à moitié d'eau (5 litres) et y mettre un sachet de levure (8 gr) avec 500 gr de sucre..

L'astuce est de changer la moitié de l'eau tous les deux jours,

la levure se reproduit, il n'y a pas besoin d'en rajouter..

Rajouter 100 grammes de sucre par jour.

Le seul inconvénient du système, ça pue

Ps : La réaction chimique de transformation du sucre en CO2 produit de la chaleur..

La transformation du sucre s'accélère avec l'augmentation de température..

Pour vos premiers essais, surveillez bien le mélange ça peut mousser beaucoup..

Y a t'il un moyen de produire un 900 grammes de CO2 par jour pour pas un sou et sans odeur

Eh oui, il y a un moyen de production économique et qui ne sentent pas trop : VOUS.

Eh oui, un adulte normalement constitué, avec un régime de 2200 KCal par jour, rejette par sa respiration 900 grammes de CO2.

Environ 15m3 d'air rejeté à une concentration de 3,5% de CO2, soit 60g/m3, ce qui 900 grammes par jour et par personne.

Donc si vous dormez dans la même pièce que vos plantes, n'aérez pas le matin, mais aérez plutôt la pièce le soir.

Effet du CO2 sur l'organisme

Pour les plantes, c'est pas dangereux, au contraire.

Par contre pour les humains, le CO2 peut être toxique a une concentration stress élevées.

A partir de 1% :

(niveau atteint dans des galeries souterraines ou des grottes, dans certaines caves :

Légère augmentation de la respiration

a 2% :

Mal de tête après plusieurs heures d'exposition

a 3% :

Essoufflements après exercices, légers maux de tête

a 4% :

Visage rouge, essoufflement, nausée, transpiration

a 5% :

Vomissement, nausées

de 7 à 10% :

détresse respiratoire, confusion mentale

de 10 à 15% :

(Si vous arrivez à atteindre des niveaux comme cela, c'et que vous avez achetez des bouteilles de CO2 dans le commerce.. Ou alors vous étés dans une cuve a fermentation)

Essoufflement insupportable, perte de conscience au bout de quelques minutes, puis spasmes neuromusculaires et convulsions CO² par la levure de boulanger :

Avantages :

- Pas cher

- On en trouve dans toutes les grandes surfaces.

Inconvénient :

- Ca fouette ! (Ça sent mauvais)

Mode d'emploie

Les levures de bières (Celle du boulanger, mais surtout pas la chimique) se "nourrissent" de sucre, et de ce sucre créent 2 composés. Le premier est l'alcool, le //second qui nous intéresse plus précisément est le CO².

Pour cela il vous suffit de mélanger dans une bouteille de soda de 2 litres (une qui résiste à la pression), une cuillerée de levure de boulanger, 200 grammes de sucre (le sucre brun marche mieux mais moins longtemps), et 1L1/2 d'eau tiède. Mettre ça près de vos plantes devrait leur fournir un surplus de CO². Le CO² étant un gaz lourd il convient de le diffuser de haut (pour qu'il retombe sur vos plantes), cette solution doit être renouvelée dès qu'elle ne crée plus de CO².

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mike    11
Mike

Salut Bob,

Dis moi, toi qui à l'air d'être un spécialiste du Co2 [icon_e_geek.gif]

Penses-tu que la neige carbonnique peut être une bonne solution ?

Et tout le monde se fait couilloner avec des pilules de Co2 ? Je sais que l'absorbtion avec les pillules est racinaire mais après, qu'est-ce qu'il se passe ? Rien ? La plante absorbe et....... ?

Mike

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    47
Bob

je ne suis pas du tout un expert en co2.

concernant le gaz carbonique je n'en sait rien mais je ne vois pas comment tu le diffuserait.

concernant les pilules, voici une explication de l'absortion du co2 par les racines :

FIXATION BIOLOGIQUE ET ABSORPTION PAR LES RACINES DU CO2 DES SOLS

Plusieurs mécanismes de fixation biologique du CO2 existent dans les sols, en plus des processus

habituels de formation chimique des carbonates et bicarbonates.

Atmosphére du sol et mesure du CO2 99

La fixation du CO2 par les bactéries autotrophes chimiosynthétiques du sol, tels les ferrobactéries,

les sulfobactéries, les hydrogénobactéries et surtout les bactéries nitrifiantes est maintenant bien connue,

mais l’action de ces diverses bactéries sur la teneur en CO2 de l’atmosphère des sols reste généralement

insignifiante. Quelques bactéries photosynthétiques (souvent hétérotrophes à l’obscurité) peuvent aussi

réduire le CO2 à la surface des sols.

Plus important nous apparaît le fait démontré par plusieurs auteurs que de nombreuses bactéries

hétérotrophes peuvent aussi fixer du CO2. MOIJREAUX (1959) a ainsi observé que les bactéries hétérotrophes

déterminaient au-dessus de sols humides placés en récipients clos des variations négatives dans les

teneurs en CO2 de l’atmosphère de ces récipients. Par traitement des sols au toluène, ce même auteur a

aussi montré la possibilité d’une absorption de CO* de nature purement enzymatique.

Divers auteurs ont encore démontré la possibilité qu’avaient les racines d’absorber du CO2. POEL

(1953) a prouvé l’absorption de 14C02 par les racines d’orge ; cette absorption étant plus forte si les racines

avaient été maintenues dans l’eau au préalable. KICK, SAUERBECH et FUHR (1965) cultivant des soleils en

culture hydroponique renfermant du W02 oat confirmé l’absorption de CO2 par les racines et le transport

interne du carbone absorbé à travers la plante. Bien que dans les conditions expérimentales de ces auteurs

la fixation de CO2 par les racines s’élève à environ 1,3 % du carbone global assimile, cette fixation doit

demeurer beaucoup plus faible aux champs. Son influence en est cependant certainement importante.

BERGUIST (1964) a obtenu dans des cultures hydroponiques de fèves, de tomates et de moutarde blanche des

gains de productivité de 27 % avec le maintien d’une concentration modérée de CO2 dissous. KIJRSANOV

en 1957, toujours avec du carbone marqué, avait déjà indiqué l’importance et la signification physiologique

de cette absorption de CO2 par les racines. Dans certaines périodes de la vie des plantes, jusqu’à 50 %

du produit de la photosynthèse migre des feuilles vers les racines, essentiellement sous forme de saccharose,

avec en plus quelques acides organiques et acides aminés peu importants. Les sucres dans les racines,

après absorption de CO2 et d’NH4 ou de nitrates, sont rapidement convertis en acides organiques, acides

aminés et uréides. La sève transporte ensuite aux bourgeons un mélange de nombreuses substances organiques

qui sont le produit du métabolisme des racines. Les mesures de radioactivité montrent que près de la

moitié des produits d’assimilation qui descendent aux racines reviennent ensuite aux organes sus-jacents.

Le CO2 ainsi fixé par les racines demeure cependant relativement faible par rapport au CO2 dégage

par les bactéries du sol et la respiration des racines. Il ne peut guère influer sur l’atmosphère libre des sols

mais peut aider à l’aération des films d’eau entourant les racines. TANAKA et NAVASERO (1967) ont montré

que l’acide carbonique, comme les autres acides organiques, était plus facilement absorbé par les racines

du riz sous forme de sels solubles que sous forme dissociée. Plus l’acide carbonique présent dans les films

d’eau peut former des carbonates alcalins ou des bicarbonates solubles, plus il est facilement absorbé par

les racines et éliminé de l’atmosphère dissoute.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mike    11
Mike

OK... vu l'explication tu ne peux donc pas directement en conclure que les pillules n'ont aucun effet positif....

Pour le gaz carbonnique, Jorge Cervantes indique comment la diffuser dans son guide... la question est est-ce vraiment efficace...

Bonne !

Mike

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×