Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest

La différence entre les plantes

Messages recommandés

Guest   
Guest

Voila, je voudrais savoir, avant d'acheter, si la "white widow" est plus forte que la "ice"???

Laquelle est la plus forte?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    46
Bob

normalement elles s'équivallent, 15 à 20% de THC toutes les deux, mais il faut tenir compte du cultivateur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    46
Bob

d'aprs mes recherche voici ce que j'ai trouvé mais au dessus de 20% je n'y crois pas fort :

la thc true bomb elle monte à 37% de thc mais elle est pas répandue... (je ne fait que citer :lol: )

G13:25%(Mr nice et Soma seeds pour les croisements sinon la variété pure est quasi introuvable).

White Russian:22% (Serious seeds je crois)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    46
Bob

Les produits surdosés sont rares (taux de THC)

L’enquête fait néanmoins apparaître une “grande variabilité” des teneurs en THC, avec un maximum à 54 % pour les résines et à 25 % pour les herbes. Mais la part de ces produits fortement dosés - plus de 20 % de THC - semble marginale. Elle est estimée à 4,3 % (5,2 % pour l’herbe et 3,4 % pour la résine) sur le marché clandestin français.

http://www.lemonde.fr 11.07.2007

Le joint d’aujourd’hui est-il plus fort que celui des années 1970 ? Cette question récurrente est largement débattue dans plusieurs pays européens. Mais les spécialistes disposent de peu de recul, le phénomène de consommation du cannabis n’étant véritablement étudié que depuis une quinzaine d’années.

“Aucune description des évolutions des taux de THC sur une période antérieure aux années 1990 n’est disponible en France”, rappelle l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Le THC ou tétrahydrocannabinol est la principale substance responsable des effets psychoactifs du cannabis.

C’est donc la teneur en THC qui détermine le potentiel psychotrope du produit. D’après une enquête d’observation coordonnée par l’OFDT, menée à partir de plusieurs centaines d’échantillons de cannabis recueillis auprès d’usagers en 2005, la teneur moyenne en THC des résines et des herbes est de 10 %. Ce chiffre “s’inscrit dans les moyennes observées dans les autres pays de l’Union européenne”, constate l’OFDT.

Ces résultats recoupent les données issues des douanes et de la police, qui font remonter l’apparition de produits fortement

dosés à l’année 1997. Parmi l’ensemble des saisies réalisées en 2004, 2 % des échantillons contenaient plus de 20 % de THC. Et les dosages effectués entre 2000 et 2005, notamment par l’Institut national de la police scientifique, ont montré des teneurs moyennes d’environ 9 % pour les résines et 7 % pour les herbes.

Seule exception au sein de l’Union européenne : la Hollande, où la culture locale utilise des procédés permettant d’obtenir des taux de THC de plus en plus élevés. Proximité oblige, c’est d’ailleurs dans la moitié nord de la France que l’on trouve davantage de produits surdosés.

“La rumeur d’une explosion des teneurs en THC est impossible à documenter en France”, insiste Jean-Michel Costes, directeur de l’OFDT. “Au cours des cinq dernières années, on constate plutôt une stabilité”, ajoute-t-il. Non sans reconnaître que, “exceptionnellement, des accidents peuvent survenir”.

Enfin, aucune substance psychotrope (hors cannabinoïdes) ou aucun principe actif médicamenteux n’ont été identifiés en France - que ce soit dans les produits de saisies ou les produits de consommation - dans des substances cannabiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bob    46
Bob

Cannabis d'hier et cannabis d'aujourd'hui. Augmentation des teneurs en THC de 1993 à 2004 en France

Patrick Mura1, Bertrand Brunet1, Laurence Dujourdy2, Carole Paetzold2, Geneviève Bertrand2, Bruno Sera3, Benoît Saclier2, Marc Deveaux3, Gilbert Pépin3, Martine Perrin4, Yannick Lecompte4, Véronique Dumestre-Toulet5, Vincent Cirimele6 and Pascal Kintz6

1 Laboratoire de Toxicologie et Pharmacocinétique, CHU, Poitiers

2 Laboratoires de l'Institut National de Police Scientifique

3 Laboratoire Toxlab, Paris

4 Département Toxicologie, IRCGN, Rosny sous Bois

5 Laboratoire Toxgen, Bordeaux

6 Laboratoire Chem Tox, Illkirch

(Reçu le 20 janvier 2006 , accepté le 14 février 2006)

Abstract - Cannabis of the past and cannabis todays. Increase of THC contents from 1993 to 2004 in France

A previous study, performed on seized cannabis products from France, had allowed us to indicate that there has been an increase in the delta-9 tetrahydrocannabinol (THC) content from herbal products and resin samples during the period 1993-2000 and overall from 1996. The purpose of the present study was to observe the pattern of the THC content of cannabis which was available in France between 2001 and 2004 and to compare these results to those of the previous study. We have collected all the results obtained from 2001 to 2004 on seized cannabis products (2613 resin samples and 709 herbal products) by the laboratories of national police force and from four forensic toxicology independent laboratories. The THC content was determined by gas chromatography - mass spectrometry. Most of herb samples (71%) contained less than 5% of THC. This result can be explained by the fact that harvestings are often made before ripeness. In turn, about one sample out of ve contained more than 10% of THC. About resin, the reached results indicated that during the last 10 years the number of low THC content samples (less than 5% of THC) had decreased very signi cantly (48% of samples in 1993 versus 15% in 2004). Samples with more than 20% of THC were seldom found (only 2% of seizures). The most signi cant evolution concerned samples containing between 10 and 15% of THC. This level has constantly increased since 1993 (around 1% of samples analysed to 32% in 2004). This study con rms that THC content of cannabis available in France has regularly increased during the past ten years (enhanced by a factor 2 between 1993 and 2004). Such ndings may be consistent for public health because the use of such high dosage cannabis may be involved in the occurrence of hallucinations, panic attacks or other acute psychotic states.

Résumé

Une étude précédente, réalisée sur des échantillons de saisie en France, nous avait permis de montrer que la teneur en delta-9 tétrahydrocannabinol (THC) dans les échantillons de "résine" et "d'herbe" avait augmenté durant la période 1993-2000 et tout particulièrement depuis 1996. L'objet de la présente étude a été de déterminer l'évolution de ces teneurs en THC pendant la période 2001-2004 et de comparer cette évolution avec celle de la période précédente. Nous avons regroupé tous les résultats obtenus pendant cette période par les laboratoires de la Gendarmerie Nationale, de l'Institut National de Police Scienti que et de quatre laboratoires d'expertise en France, représentant 2613 échantillons de "résine" et 709 échantillons "d'herbe". Les analyses étaient réalisées par chromatographie gazeuse couplée à la spectrométrie de masse. En ce qui concerne "l'herbe", la très grande majorité des échantillons (71%) contiennent moins de 5% de principe actif, ce qui peut être expliqué par des récoltes fréquemment effectuées avant maturité des plants. En revanche, près de l'échantillon sur 5 contient plus de 10% de THC. Les résultats concernant la "résine" indiquent que, depuis 10 ans, le nombre d'échantillons à faible teneur en THC (inférieurs à 5% de principe actif) a diminué de manière très signi cative (passant de 48% des échantillons en 1993 à 15% en 2004). Les échantillons contenant plus de 20% de THC restent très rarement rencontrés, représentant seulement 2% des saisies. L'évolution la plus caractéristique a concerné les échantillons de résine contenant entre 10 et 15% de THC. Cette catégorie n'a cessé d'augmenter depuis 1993, passant de 1% des échantillons à 32% en 2004. Cette étude con rme que les teneurs en THC dans les échantillons de "résine" disponibles sur le marché clandestin français ont régulièrement augmenté depuis une dizaine d'années, ayant été en moyenne multipliées par 2 entre 1993 et 2004. Une telle observation n est pas sans conséquence en terme de santé publique car l'utilisation de cannabis "haut dosage" peut être responsable d'hallucinations, d'attaques de panique ou autres états psychotiques aigus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×