Aller au contenu
Guest

saisie: Un pied de zamal de 4 mètres de haut !

Messages recommandés

Guest   
Guest

image0003cj8.jpg

Liés l’un à l’autre par une paire de menottes, les deux compères rastas regardent, désabusés, leur production annuelle de zamal se faire la malle dans les bras des policiers en civil. “Dommage, celle-là était bonne pour faire de l’huile...”, regrette l’un d’eux à la vue d’un pied de plus de deux mètres, déraciné par un enquêteur. Des plantes de ce type, les policiers du groupe stupéfiants de la sûreté urbaine départementale en ont arraché 195, hier matin, dans cette petite propriété de Tan-Rouge, dans les hauts de Saint-Paul. Avec, comme cerise sur le gâteau, un arbre cannabique de près de quatre mètres, “le plus gros que j’ai jamais vu en trois ans de stups à La Réunion”, confie le chef d’équipe. C’est suite à un renseignement que les fonctionnaires se sont mis à plancher sur ce dossier. Après quelques heures d’observation durant les semaines passées, le groupe stup est passé à l’action, hier en fin de matinée, en interpellant le propriétaire des lieux et son colocataire, dans la modeste case qu’ils habitent dans l’écart saint-paulois. Une petite oasis de verdure, où le zamal se mêle au maïs, manioc, et autres plantes alimentaires. Près de 200 pieds de toutes tailles, en terre ou au séchage et incontestablement destinés à la revente, récompensent l’intervention des policiers.

200 000 EUROS À LA REVENTE

Toute la récolte est bien évidemment saisie : elle remplira une camionnette, direction l’hôtel de police de Malartic, que les deux hommes interpellés ne tarderont pas à rejoindre. Les policiers disposent de 96 heures de garde à vue pour faire parler ces producteurs-revendeurs, qui ne font pas de difficulté pour reconnaître la nature de leur petite entreprise agricole. Si leur train de vie paraît plutôt modeste, il est clair qu’au moins l’un des deux hommes vivait de la revente du produit et approvisionnait une importante quantité de consommateurs de cette région de l’Ouest. Âgés tous deux d’une quarantaine d’années, inconnus de la justice, les deux compères encourent cependant jusqu’à dix ans d’emprisonnement pour production, transport, offre, cession et détention de produits stupéfiants. La belle quantité de cannabis saisie, une centaine de kilos, d’une valeur estimée par la police à 200 000 euros à la revente, sera quant à elle détruite dans les prochains jours sur ordre du procureur de la République.

S.G.

source: http://www.clicanoo.com/article.php3?id_article=158061

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×