Aller au contenu
ruderalix

Les 5 astuces liées à la securité d'une sallae de culture

Messages recommandés

ruderalix    156
ruderalix

Rudé vs salue

 

 

post-8130-0-04522300-1417596985.png

 

 

Comment assurer la sécurité de ma culture et de moi-même ? Comment prévenir les incendies ? Comment se préparer à un incendie, juste au cas où ? Comment protéger mes yeux ? Comment limiter les risques d’attraper la maladie du légionnaire ? Toutes ces questions, et bien d’autres, sont traitées ci-dessous !

 

 

 

 

1.       Faites tout ce que vous pouvez pour prévenir les incendies.

 

 

a.       Ne laissez traîner aucun déchet. Une astuce très simple et efficace consiste à ne pas placer de poubelle à l’intérieur de votre salle de culture, mais plutôt à conserver un rouleau de sacs poubelle et d’en utiliser un nouveau chaque fois que vous êtes dans la salle et à l’emporter avec vous lorsque vous en sortez.

 

b.      Vérifiez que votre salle de culture ne contient aucun produit inflammable ou qui pourrait brûler rapidement s’il s’enflammait et sortez-le de la pièce !  Votre salle de culture ne doit pas être utilisée comme zone de stockage, notamment de produits inflammables. (Et n’y stockez certainement pas vos graines de cannabis.)

 

c.       Installez un détecteur de fumée et veillez à remplacer les piles et à tester l’appareil régulièrement. Vérifiez également si vous pouvez l’entendre depuis d’autres endroits dans la zone ou le bâtiment, car le détecteur ne sert à rien si vous ne pouvez l’entendre qu’avec la porte ouverte.

 

d.      N’utilisez pas de thermostat de régulation de la chaleur pour maintenir une température basse dans la salle. Cela peut sembler une bonne idée si vous vous absentez souvent, mais en cas d’incendie, les ventilateurs se mettent en marche et attisent l’incendie à travers le système de ventilation, en lui procurant davantage d’air.

 

 

2.       Supposez qu’un incendie va se déclencher à un moment ou un autre.

 

 

a.       Gardez au minimum un extincteur dans votre salle de culture. Vérifiez qu’il est plein et en bon état de fonctionnement et remplacez-le avant la date limite d’utilisation. Placez une bonne lampe de poche à proximité ; en cas de coupure de courant, si votre salle est aussi étanche à la lumière qu’elle devrait l’être, vous vous retrouverez dans une pièce intégralement plongée dans le noir, remplie de fumée et éclairée uniquement par les flammes vacillantes.

 

b.      Installez une porte ultra résistante, de préférence coupe-feu, dans votre salle de culture, notamment si celle-ci se trouve à l’intérieur de votre domicile ou si elle y est attenante. Si possible, installez-en deux, séparées par un petit espace ; cela permet de réduire considérablement la vitesse de propagation du feu (et c’est également pratique pour changer de vêtements en entrant et en sortant).

 

c.       Prévoyez un plan de sortie. Si un incendie devient incontrôlable, vous devez au préalable savoir comment quitter le bâtiment et comment alerter les autres personnes se trouvant dans la zone, ainsi que les services d’urgence.

 

 

3.       Sachez que l’on n’est jamais trop prudent avec l’électricité !

 

 

a.       Ne surchargez pas vos circuits électriques et ne soumettez pas vos câbles et prises électriques à des contraintes. Si vous devez raccorder des fils, utilisez un connecteur adapté ; investissez dans des rallonges très résistantes dotées de disjoncteurs intégrés.

 

b.      Fixez les ballasts et blocs de rallonge sur des morceaux de bois, puis le bois au mur ou au plafond. Tenez vos composants électriques aussi éloignés que possible du sol ; c’est non seulement préférable pour éviter les incendies, mais également pour votre sécurité puisque vous éviterez ainsi de trébucher dessus.

c.       Familiarisez-vous avec les règles de base en matière de sécurité électrique. Voici une liste des erreurs de câblage les plus courantes commises par les bricoleurs amateurs et les procédures à suivre pour y remédier.

 

 

4.       Protégez vos yeux, vos poumons et votre peau.

 

 

a.       Une exposition prolongée aux rayons UVA, UVB et UC peut endommager vos yeux. Les lunettes de soleil ordinaires portant la mention CE filtrent la plupart des rayons UVA et UVB, mais pas les rayons UVC. En plein jour, ces rayons sont généralement filtrés dans les niveaux supérieurs de l’atmosphère terrestre, mais ils sont présents dans les spectres lumineux extrêmes des lampes de serre. Les lampes HPS, LED et MH produisent toutes d’excellents résultats pour les plantes, mais peuvent provoquer des maux de tête et des irritations chez les jardiniers ! Investissez dans une bonne paire de lunettes spécialement conçues pour une utilisation dans un jardin d’intérieur ; Method Seven fabrique d’excellents modèles et est très populaire auprès des professionnels.

 

 

b.      Les produits chimiques peuvent endommager vos yeux encore plus rapidement et gravement. À chaque fois que vous manipulez des nutriments, des engrais, des pesticides et notamment des substances de régulation du pH, portez systématiquement des lunettes de sécurité adaptées : la poudre contenue dans le sachet peut être relâchée brusquement dans l’air au moment de l’ouverture et, en fonction du produit chimique concerné, se transformer en un liquide corrosif dès qu’il entre en contact avec la surface humide de la cornée, pouvant ainsi entraîner la cécité.

 

c.       Conservez une œillère ou au moins un flacon de solution saline à portée de main pour parer à la pire éventualité. Il est préférable d’avoir une solution de secours et de ne jamais en avoir besoin plutôt que d’essayer de soulager les brûlures des yeux avec un arrosoir… Rincez vos yeux pendant au moins 10 minutes ; les principaux dommages causés par les produits chimiques survenant au cours des cinq premières minutes, il est particulièrement judicieux de disposer le plus rapidement possible d’une solution de rinçage.

 

 

d.      Protégez vos voies respiratoires ainsi que vos yeux, en particulier si vous utilisez des produits chimiques. Portez un masque respiratoire et un masque facial intégral, au besoin.

 

e.      Achetez une boîte de gants en latex et utilisez-les. Le cannabis peut provoquer une irritation cutanée ; même si vous n’en avez jamais fait l’expérience, on sait qu’une exposition répétée aux plants entraîne des irritations au niveau de l’épiderme. Il va sans dire que vous devez toujours porter des gants lorsque vous manipulez des nutriments, des pesticides, des agents de régulation du pH et d’autres substances de culture.

 

f.        Gardez une trousse de premiers secours bien fournie à portée de main ! Pensez à remplacer tous les produits utilisés.

 

 

5.       N’oubliez pas que l’eau peut, à sa façon, se révéler aussi dangereuse que l’électricité !

 

 

a.       L’eau présente sur le sol est dangereuse de différentes manières : vous pouvez glisser dessus, elle peut conduire l’électricité, elle est propice aux moisissures, bactéries et même aux moustiques. Plusieurs anecdotes ont été rapportées concernant des producteurs qui ont été gravement malades après avoir contracté la maladie du légionnaire qui se développe dans les sols et dans les systèmes aquatiques (y compris les zones de condensation) à une température comprise entre 25 et 45 °C. Rien d’étonnant donc que la maladie puisse se développer de manière accidentelle dans une salle de culture, en particulier lorsque le taux d’humidité s’y trouve élevé.

 

b.      Le ruissellement d’eau est encore plus dangereux : l’eau peut pénétrer dans vos systèmes de câblage et prises électriques et s’accumuler quelque part, entraînant d’autres problèmes (voir ci-dessus). Toutefois, la condensation résultant de l’humidité peut constituer une menace mois visible mais tout aussi problématique. Lorsque vous déroulez des câbles, qu’ils soient électriques ou hydroponiques, en particulier vers la partie supérieure de la salle, assurez-vous de laisser une boucle d’écoulement ou un coude dans le câble ; cette courbure permet de collecter la condensation au point le plus bas du câble, évitant ainsi qu’elle se répande sur toute sa longueur et atteigne la prise ou l’ampoule.

 

c.       Même si cela semble évident, vérifiez toujours que vos robinets sont fermés et que votre cuve d’alimentation (si vous avez choisi une culture hydroponique) est pleine avant de partir. Les inondations et les incendies représentent les deux principaux dangers pour la santé et la sécurité des producteurs, ainsi que pour les cultures en cours de réalisation. Toutefois, les cuves d’alimentation fonctionnant à vide peuvent également se révéler dangereuses. Si votre pompe est réglée sur un minuteur automatique et que votre cuve est vide, le grand bruit sourd qui en résulte peut gêner vos voisins et votre pompe peut finalement griller, provoquant un incendie.

 

Nous espérons que vous trouverez ces informations utiles et qu’elles vous aideront à assurer votre protection ainsi que celles de vos plantes. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez d’autres astuces et idées et à nous faire part de vos commentaires ; c’est en partageant nos connaissances que nous pouvons tous progresser rapidement et efficacement et, dans le cas présent, en toute sécurité !

 

 

source:http://sensiseeds.com/fr/blog/les-cinq-principales-astuces-liees-la-securite-de-la-salle-de-culture/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×