Aller au contenu
Bigbud

La pensée "divergente" : le test du trombone, ou test de Jackson

Messages recommandés

Bigbud    301
Bigbud

Dans les années 1950, un psy dénommé Joy Paul Guilford réalisa des travaux sur l'intelligence (pas d'accord avec Spearman sur la question du fameux "facteur G" — trop compliqué pour moi, si vous comprenez cet article de Wikipedia, tant mieux pour vous :). Bref, Guilford pensait que si on inventait un test pour mesurer la créativité, l'imagination, les résultats seraient faiblement corrélés avec les tests de QI.

Getzels et Jackson (impossible de trouver leurs prénoms respectifs sur Google, même en anglais), en 1962, tentent d'élaborer un test mesurant la créativité. Ils pondent le test dit "du trombone", aussi appelé "test de Jackson".

Il s'agit de demander à la personne qui passe le test de dénombrer tous les usages possibles d'un trombone. Il se trouve que plus les individus qui passent ce test sont jeunes, plus ils trouvent d'usages à l'objet qu'on leur propose. De 3 à 5 ans, les sujets trouvent jusqu'à 200 usages différents ; entre 6 et 12 ans, ils en trouvent une trentaine et, passés les 13 ans, les sujets peinent à atteindre les 20 points.

Getzels et Jackson ont fini par nommer leur test : "test de pensée divergente", par opposition à une pensée "convergente". Entendez : certains processus mentaux consistent à passer par des étapes logiques jusqu'à trouver une réponse "correcte". Exemple : 13 + 8 = 21 ; dans ce dernier cas, il n'y a qu'une seule réponse correcte. Avec le test de pensée divergente (test du trombone), il n'y a pas de réponse "incorrecte", c'est la variété des réponses et leur nombre qui déterminent le résultat.

Le test de base utilise un trombone, mais n'importe quel objet d'usage courant peut faire l'affaire. Par exemple, avec une alumette. Je vous laisse réfléchir, ou plutôt imaginer, tout ce que vous pourriez faire avec une allumette.

……
…………
……


En fait, si les jeunes enfants trouvent beaucoup plus de réponses possibles, c'est parce qu'ils ont tendance à imaginer que l'allumette peut être en acier, en bois, en caoutchouc, qu'elle pourrait faire deux mètres de haut, etc. Et si on disait que le trombone était en mousse ? Et si on disait qu'il était vert, ou de plusieurs couleurs différentes ? Et si on disait que le trombone faisait trois mètres de haut et deux mètres de large ? Rien n'empêche dans ce test qu'on imagine l'objet d'usage courant avec des dimensions qui sortent de l'ordinaire, on peut même changer la matière dans laquelle il est fait, l'associer à d'autres objets courants (si on place un bout de ouate à l'extrémité de l'allumette, on peut en faire un coton-tige, par exemple).

Certaines personnes utilisent ce test en guise d'entrainement quotidien pour exercer leur créativité, ils se fixent par exemple un objectif quotidien de trouver au moins douze usages pour n'importe quel objet usuel. Ce test a aussi donné naissance au "mind mapping", les cartes heuristiques (ou cartes mentales, cartes d'idées, etc. ). À noter que, si les psychologues cognitivistes se sont d'abord servi du modèle "computationaliste" de Herbert Simon (il s'agissait à l'époque de modéliser le fonctionnement du cerveau pour tenter de créer des intelligences artificielles, ce qui donna, en partie, naissance à l'informatique), ils s'intéressent maintenant au modèle "connexioniste"… Il semblerait en effet que le cerveau fonctionne plutôt à la façon d'une carte heuristique, en établissant de multiples associations d'idées à partir d'une seule. Le modèle "computationaliste" a toutefois été conservé, car toujours relativement pertinent, surtout concernant la mémoire, mais aussi en raison de sa simplicité, à des fins de vulgarisation (simplification à l'usage du public).

Un exemple de ce que j'ai pu trouver comme usages à un briquet (en se rappellant qu'il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses à ce test, l'important étant justement de détourner les objets de leur usage habituel, quitte à les agrandir, les rapetisser, à leur donner une forme inhabituelle,
etc. ) :


Quelles utilisations possibles avec un briquet ?

1. Allumer le gaz pour faire la cuisine.
2. Allumer une cigarette.
3. Brûler des documents compromettants.
4. Allumer une bougie.
5. Animer un concert en plein air.
6. Caler une porte.
7. Réchauffer des pieds quand il fait froid.
8. S'en servir comme d'un marque-pages.
9. Bruler des poils de moustache.
10. Décorer son salon (briquet très grand en couleurs).
11. Le peindre aux couleurs d'un drapeau et s'en servir pour décorer.
12. L'utiliser comme projectile pour héler quelqu'un.
13. Tasser une cigarette.
14. Battre la mesure en écoutant de la musique.
15. Jouer à la toupie.
16. Signaler un endroit, un objet, s'en servir de "pense-bête".
17. Faire des petits trous dans une feuille de papier pour la mettre dans un classeur.
18. Faire fondre du fromage.
19. S'en servir de banc pour s'asseoir, si le briquet est… "géant".
20. Graduer le briquet pour en faire une règle à mesurer.
21. S'en servir de lampe si on a perdu quelque chose dans l'obscurité.
22. S'en servir de feu de détresse si on est perdu.
23. Faire de la pyrogravure sur une planche de bois.
24. S'en servir de bascule pour envoyer des boulettes de papier.
25. S'en servir pour "déstresser", en le tripotant.
26. Jouer à la pétanque, en essayant de l'envoyer le plus près possible d'une cible.
27. Ouvrir une brique de lait en brulant le bout, si on n'a pas de ciseaux.
28. S'en servir de presse-livres.


Pour ce qui est du mind mapping, le test du trombone a pu donner ce genre de représentations :

post-2-0-13499500-1423147518_thumb.gif

On place d'abord le trombone au centre, puis on ramifie avec les usages possibles du trombone.


Ensuite, ça peut donner ça (c'est le principe du "Brainstorming", dans certaines réusions marketing) :

 

post-2-0-12157000-1423147643_thumb.gif

À partir du mot "trombone", on obtient une "carte cognitive" avec des associations d'idées aussi variées que :
"oreilles", "pantalon", lecteur CD", "vaincre", etc.


Vous pouvez essayer de réaliser ce test de temps en temps, en guise d'exercice, en variant les objets : un clou, un briquet, une marmite, une allumette, un tube de dentifrice, et que sais-je encore… Mais souvenez-vous que ce n'est pas comme un puzzle, une partie de Tetris, une équation ou bien une grille de mots fléchés, car ces exercices-ci n'admettent qu'une bonne réponse… Dites-vous au contraire, par exemple pour la marmite, que celle-ci peut être minuscule, ou très grande (elle pourrait alors servir de piscine), ou en bois, ou en plastique, que vous pourriez y placer des roues et un pédalier, etc.

 

Sources: hervefiori

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×